Articles

Roi des Marais: Des chercheurs Identifient de nouvelles espèces de crocodiles Préhistoriques

 Le crocodile
Le crocodile « roi des marais ».

(L’Université du Queensland / IANS)

Un crocodile préhistorique mesurant plus de cinq mètres de long, surnommé le « roi des marais », régnait sur les voies navigables du sud-est du Queensland en Australie il y a seulement quelques millions d’années, selon de nouvelles recherches.

Des chercheurs de l’Université du Queensland ont identifié la nouvelle espèce de crocodile préhistorique — qu’ils ont nommée Paludirex vincenti — à partir de fossiles découverts pour la première fois dans les années 1980.

« Son crâne fossilisé mesure environ 65 centimètres, nous estimons donc que Paludirex vincenti mesurait au moins cinq mètres de long », a déclaré Jorgo Ristevski de l’École des sciences biologiques de l’Université du Queensland.

« Le plus grand crocodile aujourd’hui est le crocodile indo-pacifique, Crocodylus porosus, qui atteint à peu près la même taille. Mais Paludirex avait un crâne plus large et plus lourd, il aurait donc ressemblé à un crocodile Indo-Pacifique sous stéroïdes. »

Paludirex était l’un des principaux prédateurs d’Australie il y a quelques millions d’années, capable de s’attaquer aux marsupiaux préhistoriques géants. Diverses espèces de crocodiliens préhistoriques existaient en Australie, a déclaré Steve Salisbury, co-auteur de l’étude, de l’Université du Queensland. « Les crocs sont une composante importante de la faune australienne depuis des millions d’années », a déclaré Salisbury.

Publicité

 » Mais les deux espèces que nous avons aujourd’hui — Crocodylus porosus et Crocodylus johnstoni — ne sont que des arrivées récentes et ne faisaient pas partie de la faune de crocs endémique qui existait ici il y a environ 55 millions d’années. »

Ristevski a déclaré qu’ils avaient nommé l’espèce d’après Geoff Vincent qui avait découvert le crâne fossilisé géant près de la ville de Chinchilla. « En latin, « Paludirex » signifie « roi des marais » et « vincenti » rend hommage à feu M. Vincent », a-t-il déclaré.

« Il est difficile de dire si Paludirex vincenti s’est éteint à la suite d’une compétition avec des espèces comme Crocodylus porosus », a déclaré Salisbury. L’alternative est qu’il a disparu à mesure que le climat s’est asséché et que les systèmes fluviaux qu’il habitait autrefois se sont contractés — nous étudions actuellement les deux scénarios. »

La recherche a été publiée dans la revue en libre accès PeerJ.

**

L’article ci-dessus a été publié par une agence de presse avec des modifications minimales au titre et au texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.